Formation gestion des conflits en Alsace

Formation gestion des conflits Alsace

Formation à l’écoute en Alsace

Communication Bienveillante : la formation à l’écoute

Souvent, nous croyons écouter l’autre, et pourtant le dialogue s’avère difficile. Pourquoi ?

Parfois, il peut y avoir dans nos échanges des parasites souvent inconscients, qui perturbent la communication, créant des « malentendus » et des occasions de « ne pas s’entendre ».

Parfois, nous réagissons à ce que l’autre nous confie en faisant des commentaires, en donnant des conseils, en cherchant à consoler l’autre, et bien d’autres manières de ne pas écouter !

L’écoute empathique est une qualité de présence particulière

C’est une écoute du cœur qui présuppose que nous offrons toute notre attention à l’autre, à ce qu’il ressent, à ce qui l’anime dans l’instant présent. L’empathie consiste à quitter notre point de vue pour regarder à partir de l’angle de vue de l’autre : quitter nos lunettes, et pour un instant, voir à travers celles de l’autre. Cela est difficile parce que le plus souvent, les relations humaines fonctionnent sur d’autres bases, générant de la souffrance, et que les habitudes sont tenaces ! C’est la langue que nous avons majoritairement apprise !

Donc pour ne pas tomber dans ces pièges, il est d’abord nécessaire de les identifier, puis apprendre une autre manière d’accueillir l’autre.

La formation à l’écoute que nous proposons, favorise une attitude bienveillante et empathique envers autrui. Elle permet de réduire les tensions et d’apprendre la gestion des conflits et s'adresse autant à toutes les personnes qui rencontrent des difficultés au travers de leur relations, dans le couple, en famille, avec les enfants, avec les autres, qu'aux entreprises d'Alsace qui souhaitent aider leur collaborateurs à apprendre à gérer les conflits internes qui bloquent parfois les relations au travail.

 


 

Éducation bienveillante (Alsace) par Axelle Schermann

Les principes d’une éducation bienveillante

Par la CNV, nous cherchons à stimuler l’élan de vie, en prenant en compte les besoins essentiels à tous les âges de la vie. Cela passe en premier lieu par une éducation de soi, dans un esprit de non-jugement et de bienveillance. Par rapport aux enfants, nous recherchons une forme d’autorité construite non sur la peur et le pouvoir, mais sur la confiance et le respect mutuel, alliant fermeté et bienveillance.

Cela aide les enfants à développer :

  • la confiance en soi
  • la confiance en l’autre
  • la capacité de s’affirmer avec authenticité
  • l’accueil de la différence et l’esprit de tolérance
  • le respect de soi et de ses limites
  • le respect de l’autre et de ses limites
  • la responsabilité
  • l’autonomie
  • la créativité
  • la coopération
  • la capacité à gérer les conflits avec, puis sans l’aide des adultes

Les règles, à l’école, en famille, sont considérées comme des outils au service de la sécurité de l’individu et du groupe. Elles ne sont pas imposées aux enfants, mais co-crées avec eux. Apprendre est un élan naturel chez le bébé, le jeune enfant. Il est inutile, et contre-productif, de dire à un enfant : « Aller, fais un effort, il faut que tu t’exerces à marcher ! » Il le fait, car un élan vital l’y pousse. Et cet élan, nous pouvons le garder toute notre vie, si nous préservons la motivation d’apprendre. Dispenser une éducation bienveillante  consiste à baser une relation sur le respect et la confiance mutuelle.